top of page

Réveillons-nous !


Foulant les marches d’un siècle monotone, accablés par un mal silencieux qui ronge les cœurs, les Hommes regardent l’avenir d’un œil incertain. Héritiers d’un passé glorieux, ces nouveaux Héraclides sont condamnés à errer dans un monde privé de sens. Un monde où les repères sont brouillés, les idées confuses et les grands principes dénaturés.


Les maux qui frappent notre société sont nombreux. Le premier d’entre eux est le mal politique. Premier, car de lui découlent tous les autres. À la source de nos sociétés humaines, le gouvernement des Hommes sert de fil rouge à la vie en commun. Ce fil rouge a disparu. La politique ne convainc plus. Pour beaucoup de citoyens, elle est devenue synonyme d’impuissance, d’injustice et de corruption. D’inefficacité, de cynisme et d’insincérité.


Un corps résiste aux maladies qui le frappent jusqu’à un certain point. Comme tout corps vivant, l’État et la nation, renforcés par l’Histoire, résistent aux assauts multiples, mais avec une capacité de régénération limitée.


Difficile aujourd’hui de contempler le présent sans s’inquiéter pour l’avenir. Les signes du délitement se font chaque jour plus manifestes. Au pragmatisme qui permet de regarder la vérité en face ne doit cependant pas s’ajouter un pessimisme qui condamnerait notre avenir. La solidité de l’édifice politique et social dépend des Hommes. Leurs choix et décisions renforcent les institutions ou les fragilisent. Les Hommes font les institutions.


Face aux défis de notre temps, des réformes institutionnelles seront inévitables. La politique doit être métamorphosée, révolutionnée, pour que reviennent l’espérance, la confiance et le lien spirituel qui lie un peuple à ses dirigeants et à son destin. La France a besoin d’une action ferme et efficace, d’une vision grande et claire, d’un commandement sagace et résolu.


Une action ferme et efficace


La politique englobe par son action la société dans son ensemble. Elle détermine l’évolution de chaque membre du groupe et son rapport aux autres. Elle sert de guide et indicateur à tous les composants de la collectivité. Une faillite de la politique entraîne inévitablement la déroute de chacun de ces composants. Comme un château de cartes, l’ensemble s’écroule, souvent dans un procédé dont la lenteur entretient l’illusion de la continuité.


Pour enrayer le déclin, la politique doit se transformer par un retour aux sources de son action. D’abord, afin de convaincre et susciter l’adhésion, elle doit être ferme et efficace. Nourrie par une connaissance fine du terrain et des évolutions des circonstances au plus petit échelon, elle doit à chaque instant montrer aux citoyens qu’elle leur est bénéfique. Pas par une action intrusive, mais par une prise de perspective capable d’embrasser l’ensemble des enjeux, dans toute leur finesse et leur subtilité. À la fermeté doivent s’ajouter l’équilibre et la mesure. La sagesse est un attribut indispensable au bon gouvernement.


Ensuite, la démarche politique doit être portée avec sincérité. Les grands discours, les figures de style et les ornements ne pourront jamais masquer un cœur insincère. Il faut avoir le courage d’être soi-même et avancer avec un discours clair et cohérent. Simple et authentique, le bon politique arrive à se faire comprendre et entendre par le peuple. Cela implique aussi de la transparence, qui engendre un lien de confiance entre le peuple et ceux qui le représentent.


Grandeur


Mais l’action ne suffit pas. La grandeur est aux Hommes ce que le nectar et l’ambroisie sont aux dieux. Elle entretient le feu sacré qui permet aux mortels de transcender leur condition humaine et de graver leur empreinte dans le fil de l’Histoire.


Entretenu d’une génération à l’autre, ce feu sacré a aujourd’hui perdu de sa vigueur. Les temps modernes ont rationalisé la vie des Hommes. À un quotidien banal et monotone s’ajoute une culture de la légèreté, qui prétend que le dessein ultime de chacun est de jouir à tout instant d’une situation de confort. Confort physique, intellectuel et spirituel. L’incommodité est bannie, le défi est aseptisé et le plaisir est porté au niveau d’aspiration ultime. En prétendant libérer l’Homme, la modernité lui a façonné une cage dorée dans laquelle il se glisse bien volontiers.


Face à ce désenchantement, le politique doit proposer une voie différente qui redonne aux Hommes l’envie de rêver. Pour grandir et s’extirper de l’immédiateté des circonstances, il doit prendre de la hauteur. Gouverner ne revient pas à répondre jour après jour aux affaires qui se présentent. Gouverner implique l’existence d’une vision capable de projeter le pays des décennies en avant, tout en permettant la mise en œuvre minutieuse des besoins présents.


Le politique doit avec clairvoyance et intuition percevoir les lignes directrices et les faire voir à ses concitoyens. Il doit transcender le présent et ses contraintes de court terme pour montrer les opportunités infinies pour l’avenir.

Il s’agit pour lui de donner de l’espérance. Une confiance assurée, qui dans une persévérance à toute épreuve, montre le chemin à suivre, non pas seulement pour survivre, mais pour se hisser à une hauteur qui assurera l’élévation du pays pour les générations à venir.


Être en communion avec le peuple


Pour accomplir cette grande tâche, le lien avec les citoyens est fondamental. S’il ne fallait garder qu’un seul élément pour garantir la préservation d’un pays, ce serait indéniablement le lien entre le peuple et ses dirigeants. Un peuple uni qui croit en ses politiques peut surmonter les plus grandes difficultés.


Entre le politique et lui, il existe un lien spirituel, pétri d’émotions et de passion, de raison et de sens commun, de grandeur et de profondeur. Le premier signe avec le second un pacte sacré pour lequel il s’engage devant l’Histoire à tout faire pour servir ses concitoyens et mener le pays vers les plus hauts sommets.


Une nation n’est pas l’agrégation d’intérêts individuels, où le technicien pourrait produire depuis son bureau une solution parfaite pour tous les problèmes. La nation transcende toute réflexion codifiée. Elle est un amas d’étoiles qui, par le plus beau miracle du monde, après des millions, des milliards de vies passées, après des conflits incessants et une histoire terriblement douloureuse, a réussi à produire une communauté de destin où chaque individu tend vers une vision partagée.


Cette passion commune qui lie les individus entre eux, et le peuple avec le politique est indispensable à la bonne marche du pays. Le politique entretient l’exaltation collective qui témoigne de la vigueur de l’âme d’une nation. Comprenant le lien indestructible entre le passé et l’avenir, garantissant la continuité de la tradition et l’ouverture à l’innovation, il forge avec ses concitoyens un avenir qui repousse les limites du possible.


***

Les tentations du moment conduisent les Hommes à se détourner de ce qu’il existe de plus beau chez eux. Alors que tout nous pousse à retourner dans l’obscurité familière de la caverne et que beaucoup ont déjà cédé, nous devons rejeter la facilité et suivre avec courage le chemin qui nous mènera vers de meilleurs jours. Pour renaître de ses cendres, la politique doit trancher net le débat qui questionne son existence. Elle doit véritablement changer la vie, faire naître l’espérance, assurer la stabilité, la concorde et la croissance. En un mot, elle doit prouver de nouveau que d’elle dépend le salut de l’humanité tout entière.

6 vues0 commentaire
bottom of page